Les médias sociaux et nos droits

        L’Organisation des Nations Unies et certaines institutions internationales ont déclaré Internet comme le principal outil pour l’expression et la liberté de la presse. Il est indispensable que  les entités “Internet” et “Médias sociaux” se développent et soient intégrées à la société; ils sont indispensables pour la démocratie. Dans le monde entier, de larges populations revendiquent l’accès à l’information, la transparence et la participation à la gouvernance.

        La liberté d’expression, celle de manifester et la protection de la vie privée sont les principaux Droits de l’Homme. La liberté d’expression inclue les visions contradictoires à celles de la majorité mais exclue l’insulte, les discoures de haine et l’appel à la violence.

        Des nos jours, les médias sociaux ont transformé les moyens de communication et d’organisation. Les médias sociaux ne sont pas des “perturbateurs“, mais une série d’outils qui doit être délicatement conservés.

        L’usage des médias sociaux n’est en aucun cas un acte illégal mais un droit constitutionnel, un élément de la liberté de communication. En revanche, écouter et surveiller secrètement la communication des citoyens à travers les médias sociaux est un acte illégal, une atteinte à la vie privée. En effet, selon l’article 22 de la Constitution de la République Turque, “Tout le monde possède la liberté de communication et la protection des communications est fondamentale“.

        Comme nous l’ont démontré les événements de Gezi, les médias sociaux soutiennent parfaitement les efforts des citoyens dans la recherche de leurs droits. Ce soutien se manifeste afin d’effacer l’absence d’information entre les citoyens et l’Etat. Face à la plus part des médias qui ont tourné le dos aux réalités, voire produit de fausses informations, les médias sociaux ont servi aux citoyens pour s’informer des réalités.

        Tout partage qui ne contient pas d’injures, d’insultes ou d’appel à la violence à travers les médias sociaux ne peut être qualifier comme étant une crime. Les partages qui contiennent des informations concernant l’aide médicale ou la localisation des pharmacies disponibles pour les personnes qui ont été victimes lors d’un appel à la manifestation en font aussi partie.

        Le fait que les citoyens font usage des médias sociaux derrière un pseudo différent de leur réelle identité est l’une des règles les plus rependues sur Internet. Cette situation n’est pas un crime selon les lois de la République Turque.

        Les opérations menaçantes telle que la qualification des contenus des partages dans les médias sociaux comme « crime » contraint les citoyens à l’autocensure. L’autocensure est la plus terrifiante des violations de la liberté d’expression, d’information et de communication et il ne peut être accepter qu’un gouvernement oblige ses citoyens à l’autocensure dans un Etat démocratique.

D’un point de vue Technique

        Les services comme Twitter, Facebook et Gmail transportent l’information sous forme encryptée. Le décryptage de ces messages encryptés est très difficile, voire impossible. Une communication encryptée possède un petit icône de serrure et est exprimée par “https://” (au lieu de “http:/”).

        Il est impossible d’accéder aux informations des utilisateurs que ces systèmes contiennent sous leurs formes encryptées. Cependant la plupart de ces informations sont stockées dans des centres de données localisés aux Etats-Unis et sont sous le contrôle des sociétés en question.

        Selon diverses ressources, notamment étatiques, Facebook partage les informations de ses utilisateurs avec les Etats tandis que Twitter renonce au partage de ces informations pour le moment.

        Il y a une conviction générale en ce qui concerne les sociétés comme Google et Microsoft, qui sont les développeurs de Gmail et de Hotmail, qu’ils partagent les informations de leurs utilisateurs.

Ceci est adressé, respectueusement, à l’opinion publique ainsi qu’aux personnes concernées par les institutions mentionnés ci-dessous. / 29 juin 2013

Association de l’Informatique Alternative – https://alternatifbilisim.org

La Chambre des Ingénieurs Informatique de Turquie – http://bmo.org.tr

La chambre des Ingénieurs Electronique de Turquie – http://emo.org.tr

L’Association des Technologies d’Internet – http://inetd.org.tr

L’Association des Editeurs d’Internet – http://iyad.org.tr

Le Parti Pirate – http://korsanparti.org/

L’Association des Utilisateurs de Linux – http://lkd.org.tr

L’Association des Utilisateurs de Pardus – http://pkd.org.tr

L’Association des Développeurs de PHP – http://pgd.org.tr

L’Association des Télécommunications – http://telekomculardernegi.org.tr

L’Association Hollaback d’Istanbul – http://www.canimizsoka HYPERLINK “http://www.canimizsokakta.com/”kta.com/

 L’Education à Court Distance- http://yakindanegitim.org/

Bir Cevap Yazın

Aşağıya bilgilerinizi girin veya oturum açmak için bir simgeye tıklayın:

WordPress.com Logosu

WordPress.com hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Twitter resmi

Twitter hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Facebook fotoğrafı

Facebook hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Google+ fotoğrafı

Google+ hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Connecting to %s

%d blogcu bunu beğendi: